Back on the HTML gang

Une bien longue absence … Il est particulièrement étrange de passer d’une période de blogging intense à une période de détachement à l’égard de la reflexion electronique. Anyway … En raison du cadre de ma nouvelle mission (un poste d’encadrement cette fois-ci) je n’ai pas eu ces dernières semaines beaucoup de temps pour blogger. Pour vous dire la vérité, on ne dirait pas que l’internet mondial en ait pâti.

Toujours est-il qu’il me faut bien m’y remettre et que pour la reprise c’est un gros n’importe quoi cynique : au programme : Supernormal, les inrocks 2.0, les parka Aigle, Facebook et son jumeau du coté obscur.

Supernormal

For those about to rock

J’ai passé pas mal de temps avec mon groupe à travailler le visuel, le mixage et la diffusion de notre nouvelle démo (4 titres, la nouvelle durée des démos depuis Myspace), dont les écoutes en boucle sont une source insurpassable de narcissisme vaguement honteux. Nous avons aussi recruté un chanteur et le passage en revue d’un répertoire avec un nouvel arrivant est long et fastidieux. Nous avons aussi écrit une belle chanson sur l’article de danah boyd et la reproduction des strates sociales dans la vie online : Nos Vies Electroniques. On vous prépare ça pour le Q1 2008.

Pour pérénniser notre visibilité electronique, nous avons aussi créé un compte sur un site français proposant des services de réseaux sociaux pour les formations musicales clairement pompé sur Myspace. Projet du magazine culturel Les Inrockuptibles (magazine auquel j’ai été abonné durant 10 longues années avant de me rendre compte qu’il ne s’agissait plus d’une grosse machine à promo sponsorisée par le PS) le site est donc spécialisé dans une branche plutôt rock indie wannabe branchouille provincial – ce qui nous correspond plutôt bien.

Tout cela est plus obtus que l’immensité foutraque de Myspace et c’est bien dommage. Je me suis laissé dire que les contacts noués étant plus spécialisés (mouvances musicales analogues) les collaborations sont plus fructueuses … à voir. La comparaison cqfd / Myspace me rappelle immanquablement celle entre Viadeo et LinkedIn : une pâle adaptation qui pue les 35 heures et les chefs de projet à parka Aigle.

We all are entertainment

Cette surmutiplication des réseaux sociaux est quelque chose d’assez stupiéfante. Cette semaine j’ai reçu une dizaine d’invitations Facebook. Je ne comprends toujours pas l’investissement en temps que consacrent un tas de gens biens à cette activité. Comme dirait Vincent en commentant un poste de Jeremy sur techiteasy :

I also think that life wasn’t so bad pre-high bandwidth. We’re more stressed than ever and worried about stuff like too much email, news, and whether Leopard’s menu-bar is too transparent. Life before was, not simpler, but much more to the point“.

Bang on Vince !

Cette mise en scène de soi nourrisant une hystérie technologique, cette sorte d’abandon impudique nous revient aujourd’hui dans la figure. Et suscite une rafraîchissante mobilisation outrée des utilisateurs qui défendent leur droit àla publication de leur vie sur le réseau sans contrepartie par les entreprises derrière les applications. En même temps je ne me moque pas, hein : j’imagine que c’est ce même besoin d’exister sur le net, de commercialiser sa personne qui me pousse à promouvoir le groupe auquel j’appartiens. “We all are entertainment” chanterait probablement aujourd’hui, encore plus dépité, Kurt Cobain.

Autre preuve à charge de Facebook comme monstre tentaculaire et omniscient, comme matrix doucereuse : dans le cadre de billets techniques sur des architectures informatiques à haute disponibilité (le sujet super interessant, déjà) j’ai même été spammé par une application de monitoring de server web depuis la plateforme : un truc de psychopathes.

De la haine de qualité II

Hatebook

Quoi qu’il en soit j’ai beaucoup ri en voyant ceci : exactement ce dont j’ai besoin : “An anti-social utility that disconnects you from the things YOU HATE“. De la haine de qualité indeed.

Advertisements

7 comments

  1. comme c’est n’importe quoi, et qu’en plus je suis fortement déçu du peu de consistance de ce billet à propos de la parka Aigle, c’est mon côté outdoor qui parle, on pouvait approfondir j’en suis persuadé, je conseille fortement l’écoute du dernier Burgalat chéri b.b, c’est de musique dont il s’agit,et n’allez pas confondre avec bb brune,
    comme c’est bon le n’importe quoi

  2. Ca fait plaisir de lire un tel billet pour son cote critique vis a vis des nombreux sites collaboratif.

    Present sur Linkedin, je suis sollicite pour les autres reseau comme myspace ou facebook mais n’ayant pas le temps deja pour faire vivre mon blog (chose qui me tient a couer pourtant) je ne vois pas comment je pourrais gaspiller mes precieuses heures a faire de la connexion virtuelle. D’ailleurs si j’ai un peu de temps pour moi …. lorsque mon job me le permet … je prefere developper ou entretenir les reseaux reels de ma sphere priveee.

    Enfin, les inrocks j’ai toujours trouve que ce magazine etait une grosse daube … pas uniquement parce que c’est un vecteur du PS (il m’arrive de lire parfois le monde ;-)) mais parce que c’est vraiment de la promo pour bobos de la gauche caviar et ca me fait gerber.

    Tu ecris peu … mais bien et continue comme ca.

  3. Effectivement autant je comprends l’intérêt de réseaux professionels et/ou amicaux comme Viadeo ou Linkedln, ou même plus spécialisés (par corps de métier) autant je suis très réticent à balancer des photos et des infos privées sur le net ou n’importe qui peut les réutiliser ensuite (DRH,RG, CIA et j’en passe) ce que les fans de ses sites, qui doivent avoir une vie sociale peu remplie pour consacrer autant de temps au net, oublient un peu vite. “Les conneries faites à 20 ans se payent à 40” tonton Paul

  4. Merci pour ton commentaire Arnolux.

    J’ai une relation très ambivalente avec les inrocks. Il s’agit vraiment d’un canal essentiel dans la construction de ma relation à la culture. J’ai un vif souvenir de l’époque du Bimestriel (Entretiens & Chroniques), des longs éditos de Mishka Assayas des chroniques de Gilles Tordjman. Ce magazine m’a fait découvrir tout un pan de musique (la scène indie anglaise – Pale Fountains etc … – et, en gros le sadcore californien) que je n’aurais pas connu sinon et je lui en serai eternellement reconnaissant.

    A mon sens, le passage au mensuel puis à l’hebdo ont été une capitulation de la reflexion pour de la promo effrénée.

    Ce qui m’insupporte aujourd’hui c’est ce ton sentencieux, solennel, cette sacralisation de la culture, cette absence d’humour (à comparer avec Technikart par exemple, beaucoup plus vif et rigolo). Et puis cette bonne conscience de gauche même si malgré tous mes efforts force m’est de reconnaitre que j’en suis. Leur derniers articles sur le Web 2.0 ou facebook (“les mechantes applications web 2.0 elles font croire que c’est pour etre copains mais en fait c’est pour GAGNER DE L’ARGENT”) sont à ce titre pathétiques d’inanité journalistique et de manque de pertinentce. Je pense que je vais faire une billet la dessus, c’est juste trop débile.

    Bref, je me laisse aller parfois à un brin de nostalgie et l’achète – et je n’eprouve que de la colere et une cruelle deception en le lisant.

    Pour ce qui est du Monde, vaut mieux encore lire un bon quotidien de centre gauche qu’un mauvais quotidien apolitique ou pire de droite.

  5. Oui. Des gens insupportables dont on croyait débarrassé vous tombent dessus through Fessebouque pour vous demander des jouer au con sur des questions idiotes, vous faire perdre du temps alors qu’il faut travailler + pour gagner +.
    On n’en sort pas.
    Bravo pour le group, j’ai écouté, c’est bien.
    C’est une quoi, la gratte?

  6. Hey merci ca fait plaisir. C’est une belle jeune fille de 17 ans : Epiphone Sheraton II. Le manche, l’equilibre et l’esthetique je suis très fan.

    Depuis l’enregistrement je lui ai refait une belle jeunesse avec deux humbuckers Gibson Classic 57 et un vibrato bigsby c’est un pur bonheur : http://i168.photobucket.com/albums/u169/ceciiil/DSC01044.jpg
    Je crois que je vais finir par faire un billet de pur guitar geek.

    mais ce qui est essentiel sur l’enregistrement c’est le double corps Marshall JCM 2000 – la dynamique des lampes c’est une eruption de bonheur.

    J’ai vu que tu as fait quelques billets rock’n’roll – tu joues aussi ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s